Mouvement - N°50 - Décembre 2008

XAVIER GARCIA  Réel meeting
Signature/Radio France / Harmonia Mundi

Pour Virtuel meeting (2003). Xavier Garcia avait fait improviser des musiciens en studio l'un après l'autre, sans qu'ils se rencontrent. Par un habile travail. de montage et de mixage, il avait unifié le tout, créant des passerelles, ajoutant du liant: le résultat était d'une fluidité et d'une richesse étonnantes. Quatre ans après, pour Réel meeting, Garcia réunit les mêmes musiciens e en studio. Cette fois, tous ensemble et en même temps. Et on plonge de la même façon dans un bain sonore jubilatoire. Une fête de musique improvisée. Ça tape, racle. Ça crisse et fuse. Cette musique ne se laisse guider que par ses envies, joue de résonances et de silences sans autre prétention que son propre plaisir. Jean-Paul Autin, Eric Brochard Chris CutIer et Alexandre Meyer, donnent simplement le meilleur. Lucia Recio se sert de sa voix impressionnante comme d'un instrument magique. De son échantillonneur malin, Xavier Garcia - compagnon de route de l'Arfi et défricheur infatigable - crée les conditions du plein épanouissement de ses camarades. En traitant la musique en temps réel avec son ordinateur, il la fait marcher en équilibre, entre électroacoustique, free jazz et musique électronique. Il fabrique une musique ambient avec des instruments acoustiques. Il produit un free jazz avec des sons électroniques. Il laisse ce flot se dérouler, le canalisant avec un art de la composition que ne renieraient pas Pierre Henry, Bernard Parmegiani ou Luc Ferrari. Chaque phénomène sonore, aussi subtil soit-il, en produit une quantité d'autres. On suit avec plaisir les lents développements de celte musique cellulaire qui, au-delà du jeu, constitue devant nous une matière organique. Elle s'épaissit de couleurs sombres ou vives, s'affine pour ne tenir qu'à un fil. un souffle, avant de miroiter soudain de mille éclats. Cette matière jaillit, incessante. Sa beauté mouvante en fait toute sa puissance. Garcia pousse les murs pour lui faire de la place. Il se donne - et Signature, le visionnaire label de Radio France avec lui - le luxe du temps.

Camille Guynemer